Le Site

 FAQ -  Recherche -  Membres  -  Inscription 
 Profil -  Se connecter pour vérifier ses messages privés -  Connexion 
Le Forum

Dernières lectures
Se rendre à la page : Précédente  1, 2, 3 ... 123, 124, 125 ... 127, 128, 129  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> L'Agora Manga
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Flore
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 03 Mars 2008
Localisation : Strasbourg

Message Posté le : 04/03/19 13:03    Sujet du message: Répondre en citant

Je suis du même avis que Therru sur Celle que je suis, ça ne m'a pas convaincue du tout. Toute de suite, après Eclats d'âme dans le thème LGBT+, Celle que je suis faisait très pâle figure !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Cyril
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 04 Sept 2002
Localisation : Evry

Message Posté le : 16/03/19 12:53    Sujet du message: Répondre en citant



Bon, en fait, je triche un peu. Le manga m'était tombé des mains lors de sa sortie. Angoulême m'a donné envie de lui donner une seconde chance et j'ai profité d'une redif de la saison 1 du dessin animé pour me faire une opinion.

Et en fait, comme pour le manga, j'ai failli arrêter rapidement tant les premiers épisodes sont ennuyeux : outre le narrateur assez pénible, le problème vient surtout de la fadeur du héros principal : Rinne est radin car désargenté et Sakura n'a aucun caractère, ni ne manifeste aucune émotion. Au point que, quand divers quiproquos devraient la rendre jalouse, elle ne montre rien et Rinne ne parvient pas à savoir si elle est en colère ou pas.

Comme pour Urusei Yatsura, les histoires sont auto-conclusives (en un ou deux épisodes) et indépendantes les unes des autres, seule une galerie de nouveaux personnages enrichissant les situations. Mais là aussi, au début, ce n'est pas bien glorieux. On est loin des engueulades continuelles des mangas précédents de Rumiko Takahashi. Du coup, au bout de quelques épisodes, j'avais encore une fois envie de laisser tomber.

Heureusement, l'arrivée d'un nouveau personnage au dixième épisode m'a poussé à aller jusqu'au bout. Pas qu'il soit particulièrement original d'ailleurs : un mix de Genma Saotomé, d'Happosaï et de Miroku (mais ce dernier avait au moins l'excuse d'avoir une malédiction qui lui faisait draguer toutes les filles qu'il croisait) avec un physique de séducteur qui lui permet de tomber les filles.



N'y allons pas par 4 chemins : Sabuto Rokudo, le père de Rinne, est un énorme enfoiré. Il a fondé la damashigami company, laquelle, contrairement aux shinigamis qui amènent les âmes des défunts vers la roue de la réincarnation, devance la mort en amenant des vivants vers celle-ci, ce qui lui amènera de l'argent. Car Sabuto ne pense qu'aux filles, qu'il séduit sans difficulté (il faut dire que celles-ci ne sont pas des lumières ; mention spéciale à la mère de Kaïn) et à l'argent, qu'il n'a pas d'ailleurs : il se fait donc entretenir par des femmes, ainsi que par son fils qui n'a rien demandé mais doit assumer toutes ses dettes que son père lui refile allègrement grâce à un faux sceau

Le personnage n'a guère de qualités, du moins pour l'instant, contrairement à un Genma qui, aussi égoïste, morfal ou lâche qu'il soit, se montrait parfois protecteur envers son fils. Mais il est le premier personnage du manga pour lequel on ressent au moins quelque chose



Ageha est moins intéressante mais m'a quand même plus fait rire (et un peu touché dans l'épisode de Noël), ce qui est déjà plus qu'un Tsubasa qui se contente de balancer des boules de cendres sacrées sur tous les esprits qui croisent son chemin. Issue d'une riche famille, cette shinigami tombe amoureuse de Rinne qu'elle va essayer de séduire - sans véritable succès, il faut dire qu'elle n'est pas vraiment une flèche. Mais comme elle a du caractère (elle s'oppose souvent à sa soeur qui devait éliminer Sabuto et est devenue sa secrétaire), ça donne lieu à quelques bons passages. On pense un peu à Shampoo mais Ageha est quand même moins sexy, moins entreprenante, moins dénuée de scrupules

C'est peut-être le principal défaut de la série d'ailleurs : on retrouve les archétypes de Rumiko Takahashi mais tout est "moins" par rapport à ses séries précédentes : les personnages ont moins de caractère, les combats (si on peut les appeler ainsi) sont bien moins spectaculaires, les situations sont moins extrêmes, à part peut-être pour Sabuto. Du coup, si les épisodes se laissent regarder (je continuerai probablement la série si J-One diffuse les saisons suivantes), il n'y a rien de vraiment passionnant. Je ne prendrai donc pas le manga.
_________________
Les chats, ils dépensent leur pognon au baby-foot, ils passent leur temps à fumer des pétards et à grimper au plafond. Les chats, c'est vraiment des branleurs. C'était un message du CCC, le Comité Contre les Chats.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sushikouli
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 29 Oct 2003

Message Posté le : 16/03/19 17:59    Sujet du message: Répondre en citant

Cyril a écrit:
Et en fait, comme pour le manga, j'ai failli arrêter rapidement tant les premiers épisodes sont ennuyeux : outre le narrateur assez pénible, le problème vient surtout de la fadeur du héros principal : Rinne est radin car désargenté et Sakura n'a aucun caractère, ni ne manifeste aucune émotion. Au point que, quand divers quiproquos devraient la rendre jalouse, elle ne montre rien et Rinne ne parvient pas à savoir si elle est en colère ou pas. [...]

Citation:
C'est peut-être le principal défaut de la série d'ailleurs : on retrouve les archétypes de Rumiko Takahashi mais tout est "moins" par rapport à ses séries précédentes : les personnages ont moins de caractère, les combats (si on peut les appeler ainsi) sont bien moins spectaculaires, les situations sont moins extrêmes,

IM-POS-SI-BLE !! Rumiko Takahashi est un génie, son travail est parfait et elle a eu un Prix à Angoulême. C'toi qui comprends rien à l'Art ! Clin d'oeil
Citation:
Sabuto ne pense qu'aux filles, qu'il séduit sans difficulté (il faut dire que celles-ci ne sont pas des lumières ; mention spéciale à la mère de Kaïn

Citation:
cette shinigami tombe amoureuse de Rinne qu'elle va essayer de séduire - sans véritable succès, il faut dire qu'elle n'est pas vraiment une flèche.

Heureusement que c'est une femme aux commandes... ^^3
_________________
Entre ce que je pense, je veux dire, je crois dire, je dis, ce que vous voulez entendre, ce que vous entendez, ce que vous croyez en comprendre, ce que vous voulez comprendre, et ce que vous comprenez, il y a au moins 9 raisons de ne pas se comprendre.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Cyril
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 04 Sept 2002
Localisation : Evry

Message Posté le : 16/03/19 18:14    Sujet du message: Répondre en citant

Bah, il y a la grand-mère de Rinné qui a un cerveau, au moins. Et les personnages masculins ne sont pas mieux lotis niveau bêtise (Seiyu, par exemple, ne sait même pas écrire son prénom).
_________________
Les chats, ils dépensent leur pognon au baby-foot, ils passent leur temps à fumer des pétards et à grimper au plafond. Les chats, c'est vraiment des branleurs. C'était un message du CCC, le Comité Contre les Chats.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gemini_
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 03 Fév 2011

Message Posté le : 18/03/19 12:22    Sujet du message: Répondre en citant

Princesse Kilala T1 : Je profite d'une réédition chez nobi nobi (qui ne change apparemment rien par rapport à celle de leur désormais maison-mère Pika) pour découvrir la série.
L'histoire raconte comment Kilala sera amenée à visiter les univers de plusieurs princesses Disney, à la façon de Kingdom Hearts mais version shôjo (la série a été prépubliée dans le Nakayoshi).
C'est mignon, avec quelques bonnes idées, mais la première histoire est très vite expédiée, c'est dommage. Je reprocherai aussi un manque de recul quant à la représentation des princesses Disney, surtout la première (Blanche-Neige) : ce qui était OK dans les années 30 en termes de rôles genrées aura plus de mal à passer aujourd'hui. Je ne demande pas le méta d'un Ralph 2.0, mais là c'est quand même hyper naïf.
A noter que Kilala vit dans un univers finalement presque plus intéressant que celui qu'elle visite dans ce premier tome, avec ses terres immergées et une technologie plus avancée que la notre.
Reste un vrai potentiel, donc je lirai au moins le second tome pour voir comment cela évolue.


_________________
- Tu es critique. Cela signifie que tu dois classer les films sur une échelle qui va de "bon" à "excellent".
- Et si je n'ai pas aimé ?
- Ça correspond à bon !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Gemini_
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 03 Fév 2011

Message Posté le : 18/03/19 21:05    Sujet du message: Répondre en citant

Duellistes T1 : Depuis des générations, les membres du clan Kurono sont au service de la famille Ôtori. Ran a hérité du titre de Premier Chevalier, chargé de la protection de Sei, la future chef des Ôtori. Elèves au sein de la prestigieuse académie Saint-Logres, Ran devra y affronter les autres prétendants Chevaliers - d'où le "duellistes" du titre - tout en protégeant sa maitresse.

Et Ran est une fille, je le précise au cas où le titre japonais - Hana no Kishi, en référence à Princesse Saphir - et les clins d’œil à peine voilés à La Rose de Versailles et Utena, la Fillette Révolutionnaire ne seraient pas suffisamment visibles. Ne vous inquiétez pas, la révélation arrive dès le premier chapitre.

Cela fait plaisir d'avoir un titre du Hana to Yume, cela fait plaisir d'avoir un shôjo sortant à priori de la sempiternelle romance lycéenne, et en même temps, ce manga m'interroge. Je ne sais trop quoi en penser. Alors, la bonne nouvelle, c'est que si ce premier tome ne m'a pas enthousiasmé plus que cela, je ne l'ai pas non plus trouvé rédhibitoire, donc je lirai la suite. Au moins pour voir comment tout cela évolue, en espérant que j'accrocherai pour de bon. Ce qui, vous l'aurez compris, n'est pas encore le cas.

Sans vouloir présager de la direction que prendra la série - j'ai bien quelques idées, notamment concernant l'évolution des duels - j'avoue avoir un peu peur concernant traitement de Ran. Là où nous avons un titre qui semble vouloir jouer sur l'ambiguïté de genre, je l'ai trouvé un peu trop régulièrement ramenée à son statut de femme, notamment vis-à-vis d'un premier rôle masculin dont l'entame semble déjà devoir dire qu'il est plus fort qu'elle. J'espère me tromper lourdement, mais il y a quelques petits détails qui me chiffonnent.

Au-delà de la question du personnage de Ran, j'ai globalement eu du mal à accrocher à l'univers, lequel ne possède pas (pour l'instant) ce petit côté fantastique ou romanesque qui permettrait de crédibiliser un minimum cette histoire de duels entre héritiers de clans affiliés à la famille Ôtori. Il en va de même avec les protagonistes, et avec à priori douze duels à expédier en cinq volumes (et au minimum un match retour), je doute que l'autrice ait le temps de développer suffisamment chaque antagoniste.

Le potentiel est là, graphiquement la série possède son identité propre, mais je ne suis pas enchanté plus que cela. Je demande à voir pour la suite.



EDIT : Après mûre réflexion, je m'arrête là (et il en ira peut-être de même pour Princesse Kilala).
_________________
- Tu es critique. Cela signifie que tu dois classer les films sur une échelle qui va de "bon" à "excellent".
- Et si je n'ai pas aimé ?
- Ça correspond à bon !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Taliesin
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 01 Fév 2004

Message Posté le : 22/03/19 14:58    Sujet du message: Shôjo Akata Répondre en citant

Il y a peu, j'ai eu l'occasion de lire quelques manga Akata.

Pourquoi je galère toujours en amour?!!! de Kyôko Maki prépublié dans Shô-comi
Une copine m'a donné son volume auquel elle n'a pas accroché. Le one-shot regroupe 6 histoires sur des filles qui n'ont pas de chance en amour à travers des cas d'école: la fille trop "bonne copine", la fille trop sérieuse, la fille trop parfaite, l'otaku qui se cache, la fille trop ordinaire, la fille qui fantasme pour rien. La structure narrative est donc toujours la même: la fille rêve d'amour mais malheureusement, rien n'arrive justement à cause de ce petit défaut. Le beau mec du lycée la taquine, elle tente de changer, mais il s'avère finalement que le beau mec trouvait l'héroïne super mignonne en vrai et qu'il la taquinait pour se faire remarquer. Je spoile: l'héroïne finit avec le beau gosse.

La galère dans le titre, c'est la mienne pour lire le manga. Graphiquement, c'est bien dessiné dans son style, même si c'est un style auquel je reste totalement hermétique. Ce sont des histoires légères, amusantes, divertissantes et c'est un peu tout. Il y a évidemment le message "reste telle que tu es" mais ce sont toujours évidemment des garçons qui l'assènent à la fille. Oui, j'ai eu cette impression qu'il faut toujours un garçon, que la vie des filles tournent autour des garçons. Je pense que ça passe bien dans la prépublication avec d'autres styles d'histoires dans la revue, mais comme ça, en un volume, c'est vraiment le sentiment que j'en ai tiré. Et quand on sait que ça vise des collégiennes, je trouve ça un peu triste que ce soit le seul horizon: les garçons ^^; . En bref, ce titre m'est tombée des mains et c'est rare que je dise ça pour un manga.

Rouge éclipse #1 de Shiki Kawabata prépublié dans Margaret
Ayumi est une lycéenne plutôt jolie et bien dans sa peau. Elle a des amies, des parents aimants et surtout, elle sort enfin avec avec le garçon qu'elle aime. Sauf qu'en se rendant à son premier rendez-vous, une camarade de classe sur le point de se suicider l'appelle. Celle-ci, Umine, a un physique disgracieux et n'a rien dans sa vie (acné, surpoids, visage disgracieux). Lorsque Ayumi reprend ses esprits, elle se réveille à l’hôpital dans le corps d'Umine. Depuis, sa vie au lycée est plus difficile car personne ne la croit ni ne l'écoute depuis qu'elle est dans ce corps.

Les échanges de corps, j'en ai un peu ma claque et peu importe la catégorie éditoriale (Dans l'intimité de Marie inclus). Ce titre ne me faisait pas du tout envie. D'autant plus qu'il y avait cette dichotomie: la moche qui est méchante et la belle qui est toute gentille. Mais c'est une bonne surprise que ce titre qui se révèle être une très bonne lecture. Je n'en attendais pas grand chose et je me suis laissée porter par ce volume. On découvre donc Ayumi qui est vraiment une gentille personne, et qui découvre aussi les galères d'un physique peu avenant. Ce titre est réussi, les personnages sont bien campés et surtout, le trait de Kawabata a vraiment beaucoup de charme.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Cyril
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 04 Sept 2002
Localisation : Evry

Message Posté le : 24/03/19 14:57    Sujet du message: Répondre en citant



Dans le Japon de la fin du XIXème siècle, Miyo, une orpheline, est élevée par son oncle et sa tante. Pas très douée, elle est surtout une charge pour eux qui lui cherchent un travail. Travail qu'elle va trouver dans une boutique un peu étrange, tenue par un barbu un peu revêche et un homme assez excentrique, amateur de nouveautés venues d'Europe.

On a là un manga assez amusant qui, mis à part un élément fantastique pas indispensable, se situe surtout dans le genre tranche de vie. Les différents chapitres sont des occasions pour l'héroïne de prendre confiance en elle grâce à des patrons bienveillants et de découvrir différentes facettes de la société japonaise de l'époque, qui vit une modernisation à marche forcée et influencée par l'Occident. Les notes de l'auteur comme celles de l'éditeur sont intéressantes et permettent de bien comprendre la société de l'époque et le style graphique me rappelle assez Gisèle Alain.

Au vu de l'accroche de fin de volume, l'histoire devrait nous emmener vers d'autres horizons. A voir.
_________________
Les chats, ils dépensent leur pognon au baby-foot, ils passent leur temps à fumer des pétards et à grimper au plafond. Les chats, c'est vraiment des branleurs. C'était un message du CCC, le Comité Contre les Chats.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gemini_
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 03 Fév 2011

Message Posté le : 01/04/19 15:08    Sujet du message: Répondre en citant

Contamination d'Ao Akoto : J'en avais déjà parlé brièvement lors de la sortie du premier tome.
Série en trois tomes publiée par Kana, Contamination nous raconte une épidémie d'une souche particulièrement virulente de peste dans une agglomération japonaise.
Sans rien révolutionner, que ce soit dans son ton, son approche, ou le style graphique du mangaka, il s'agit d'un récit très efficace, servi par des personnages loin d'être unidimensionnels auxquels il s'avère rapidement aisé de s'attacher ; et tant mieux, puisque nous sommes censés suivre les événements à travers leurs yeux.
J'estime que le mangaka a bien cerné les différents aspects de sa problématique, qu'il s'agisse de la résistance des autorités ou des personnes contaminées, les réactions de panique de la population - avec des conséquences parfois dramatiques - ou la mise en quarantaine, le tout sans sombrer dans le tape-à-l'oeil ou le larmoyant. Un équilibre loin d'être facile à trouver. Et avec un thème comme le sien, ce manga s'avère très prenant.
Mon seul réel reproche vient d'un aspect du dernier tome, laissant libre cours à certaines interprétations, comme si l'auteur ne voulait blesser la sensibilité de personne. Cela m'a paru un peu facile.
Contamination est un de ces titres anonymes qui semblent aujourd'hui pulluler sur le marché français. Court, sorti dans une indifférence polie, et jamais transcendant. Il s'agit pourtant d'une série parfaitement efficace que je peux tout-à-fait recommander si vous cherchez un manga à suspens divertissant. Et en seulement trois tomes, celui-ci remplit parfaitement son office.
Par contre, si vous cherchez un récit de contamination réaliste, alors il s'agira d'une valeur sûre. Il faut dire qu'il n'y a pas vraiment de concurrence sur ce créneau.


_________________
- Tu es critique. Cela signifie que tu dois classer les films sur une échelle qui va de "bon" à "excellent".
- Et si je n'ai pas aimé ?
- Ça correspond à bon !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
taikun
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 23 Fév 2003
Localisation : entre les monts kun lun et la porte des enfers

Message Posté le : 03/04/19 14:14    Sujet du message: Répondre en citant

Jagaaan T1 : Je viens de lire en version numérique le dernier seinen en date de chez Kazé Manga. Le moindre que l'on puisse dire de ce premier volume, c'est qu'il y a tout les mauvais clichés d'un seinen du genre gore. Tout est exagéré et rempli de stéréotypes : des femmes plantureuses, des faciès exagérés, une intrigue vue mille fois. Bref c'est mauvais et la fin du volume s'annonce très classique.
_________________
Le (Re)retour de Ryu Fujisaki, auteur de Hoshin et Shi Ki , Stray Souls chez Pika Edition en 8 tomes Très content

Fondateur www.tokyo-hajime.fr
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Flore
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 03 Mars 2008
Localisation : Strasbourg

Message Posté le : 05/04/19 11:50    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai lu mon mon club de lecture Polar Bear in Love et j'ai beaucoup souffert. Je n'ai pas trouvé ça drôle, ni mignon, c'est juste horrible de bout en bout.
J'ai aussi lu (un bout de) Une drôle de famille, la dernière série de Yumi Unita (Un drôle de père, ils se sont pas foulés pour les titres VF). Je ne vois pas en quoi cette famille est drôle. Il y a une maman, un papa, 2 enfants. Le papa travaille, la maman est à la maison, ils font des trucs ultra-lambda genre aller au parc. C'est du tranche de vie, mais j'ai trouvé que ça avait zéro intérêt, bref, ça m'est tombé des mains !
Par contre, j'ai lu Un shiba en plus, et ça c'était ultra-mignon Très content Bien sûr, faut aimer les histoires d'animaux et de petit vieux, mais c'était touchant et adorable.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sushikouli
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 29 Oct 2003

Message Posté le : 05/04/19 17:44    Sujet du message: Répondre en citant

Flore a écrit:
Par contre, j'ai lu Un shiba en plus, et ça c'était ultra-mignon Très content Bien sûr, faut aimer les histoires d'animaux et de petit vieux, mais c'était touchant et adorable.


1/ Je te l'avais dit !
2/ Copiiiiiine !
3/ Et un shôjo du Flowers ! - je le répète !
4/ Oh putain, on a aimé, ça va pas se vendre !
5/ (J'ai quand même eu du mal avec le caractère de la vieille dans le premier chapitre)
_________________
Entre ce que je pense, je veux dire, je crois dire, je dis, ce que vous voulez entendre, ce que vous entendez, ce que vous croyez en comprendre, ce que vous voulez comprendre, et ce que vous comprenez, il y a au moins 9 raisons de ne pas se comprendre.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Cyril
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 04 Sept 2002
Localisation : Evry

Message Posté le : 08/04/19 08:46    Sujet du message: Répondre en citant

Flore a écrit:

J'ai aussi lu (un bout de) Une drôle de famille, la dernière série de Yumi Unita (Un drôle de père, ils se sont pas foulés pour les titres VF). Je ne vois pas en quoi cette famille est drôle.


Faut attendre quelques volumes, peut-être que la famille sera aussi "drôle" que le père du premier manga. Maléfique
_________________
Les chats, ils dépensent leur pognon au baby-foot, ils passent leur temps à fumer des pétards et à grimper au plafond. Les chats, c'est vraiment des branleurs. C'était un message du CCC, le Comité Contre les Chats.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
egil
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 23 Avr 2004
Localisation : sur site

Message Posté le : 08/04/19 10:27    Sujet du message: Répondre en citant

sushikouli a écrit:

4/ Oh putain, on a aimé, ça va pas se vendre !


ça aurait pu être pire. C'est pas une catastrophe quoi.

Cyril a écrit:
Faut attendre quelques volumes, peut-être que la famille sera aussi "drôle" que le père du premier manga.


Le deuxième et dernier tome quoi.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Flore
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 03 Mars 2008
Localisation : Strasbourg

Message Posté le : 08/04/19 11:04    Sujet du message: Répondre en citant

egil a écrit:
Le deuxième et dernier tome quoi.


J'avoue n'avoir lu qu'un demi-tome, du coup si ça se trouve il se passait des trucs louches entre les parents et les enfants bien plus vite que dans Un drôle de père XD
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis :   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> L'Agora Manga Les heures sont au format GMT + 2 heures
Se rendre à la page : Précédente  1, 2, 3 ... 123, 124, 125 ... 127, 128, 129  Suivante
Page 124 sur 129

 
Aller vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Site francophone - Support utilisation