Le Site

 FAQ -  Recherche -  Membres  -  Inscription 
 Profil -  Se connecter pour vérifier ses messages privés -  Connexion 
Le Forum

vives inquiétudes sur l'éducation des gosses de nos jours
Se rendre à la page : Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> Tribune libre
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Altaïr
Mangaversien·ne


Inscrit le : 10 Fév 2003
Localisation : Paris - Essonne - Creuse

Message Posté le : 25/05/05 09:54    Sujet du message: Répondre en citant

J'avoue que pas mal de vos propos me semblent bien réac'...

Une question : êtes-vous parents ? (Marie oui, je sais)...
Non parce que dire qu'on fait des enfants juste pour les allocs...Choqué franchement c'est n'importe quoi Choqué. Un enfant ça coute très cher et c'est difficile à concilier avec une vie professionnelle, bref en général quand on en a c'est un choix, une envie très forte. (qui entraine peut-être des problèmes du style "enfant-roi", certes, mais en aucun cas l'enfant n'est une ressource financière).

L'éducation parentale joue beaucoup, c'est sûr, et il y a peut-être une tendance à la permissivité, certes. Mais s'il vous plait, épargnez nous le retour à l'éducation autoritaire qui faisait peut-être des enfgants bien dressés, mais qui causait des dégats psychologiques énormes.
Par contre, que le corps enseignant ait perdu de son prestige, cela me semble évident et malheureux, et une grande partie du problème vient de là.
Plus généralement, faut-il tout mettre sur le dos des parents ? Notre monde actuel fait des enfants des cibles marchandes qui les orientent vers le plaisir immédiat, tandis que ce qu'on leur présente de leur vie adulte est morne et fort peu motivant. A quoi cela sert de faire des études si de toutes façons on se retrouve au chômage, ou alors à faire un travail qu'on n'aime pas mais qu'on ne peut refuser parce qu'on est déjà content d'en avoir trouvé un ! Alors que la télé, par exemple, est peuplée de gens qui ont eu une réussite et une renommée apparemment facile (notamment à travers la télé réalité).
Bref, à mon avis, la base du problème est sans doute une perte de foi dans l'intérêt des études, dû à la société dans laquelle nous vivons, et pas forcément à cause des parents. Sans compter le fait que l'adolescence a toujours été une période difficile où pour s'affirmer il est fréquent de se rebéler contre l'ordre établi, les profs ou les parents. Qui n'a jamais eu de période de sa vie dont il n'a pas honte maintenant ?

Le couplet "c'était mieux avant", c'est assez banal et bien souvent faux... Je ne suis pas asez agée pour savoir comment c'était il y a 50 ans, mais en tous cas il y a 15 ans, quand j'étais moi-même au collège, c'était déjà un beau bordel, notamment en 5ème. Les éléments perturbateurs étaient envoyés en CAP à la fin de cette année et les classes de 4ème et 3ème étaient moins dissipées (mais plus agitées, la faute aux hormones ^_^)

L'orthographe, c'est un problème réel et avéré, dont le fautif est sans le moindre doute la méthode globale, mais qui est en passe d'être abandonnée. Mais même avec notre bonne vieille méthode à bas de dictées, je connais des dizaines de gars (poui, plutot des garçons) très intelligents, sérieux en cours et ayant fait de hautes études (école d'ingénieur) qui font 3 fautes d'orthographes tous les deux mots...
Il semble bel et bien que la dictée ne serve à rien.

(désolée pour le côté un peu fourre-tout de ce message, je suis un peu pressée)
_________________
Pingouin dans les champs, hiver méchant !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
minsk
Mangaversien·ne


Inscrit le : 16 Oct 2003
Localisation : Dans un coin perdu de montagne...

Message Posté le : 25/05/05 12:40    Sujet du message: Répondre en citant

Altaïr a écrit:
Mais s'il vous plait, épargnez nous le retour à l'éducation autoritaire qui faisait peut-être des enfgants bien dressés, mais qui causait des dégats psychologiques énormes.


Sur quoi te bases-tu pour énoncer ceci ? Je suis pas défenseur à tous crins de la méthode coup de règle sur les doigts, mais en quoi nos parents et nos grand-parents auraient-ils été ravagés psychologiquement par les méfaits de l'éducation nationale pré-1968 ?
_________________
Si ce que tu as à dire n'est pas plus beau que le silence alors tais-toi (proverbe arabe)

Rédac-chef (ça fait classe) de Daily Movies
www.daily-movies.ch
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Chyrae
Mangaversien·ne


Inscrit le : 10 Juil 2003
Localisation : à l'ouest

Message Posté le : 25/05/05 21:55    Sujet du message: Répondre en citant



Dernière édition : Chyrae le 07/10/07 20:17; Edité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Rygel
Mangaversien·ne


Inscrit le : 15 Jan 2003
Localisation : Nantes

Message Posté le : 25/05/05 22:51    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:

Alors que la télé, par exemple, est peuplée de gens qui ont eu une réussite et une renommée apparemment facile (notamment à travers la télé réalité).

le problème c'est que ce succès n'est qu'éphémère, mais ça ils ne semblent pas vouloir l'intégrer dans leur tête.

sinon oui on voit bien la différence entre les enfants dont les parents sont derrière eux et les enfants "livrés à eux mêmes" ou dont les parents n'ont plus aucune prise/sont dépassés.

Il faut remettre la valeur de l'école au gout du jour. "L'école c'est important".
Je pense que là il y a qqchose à jouer au niveau du ministère pour donner les moyens aux équipes éducatives de travailler davantage avec les parents.

Et sinon (et je sens que ça va polémiquer) ne croyez vous pas que ce fameux "collège unique" apporte plus de problèmes qu'il n'en résout ?
Puisqu'au final, et c'est un peu ce qui a été dit par Altaïr où on se débarasse des "éléments perturbateurs".
_________________
Hellsing rulezzzz §§§
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
Mun-su
Mangaversien·ne


Inscrit le : 21 Août 2004
Localisation : Quelque part dans l'Univers

Message Posté le : 27/05/05 23:25    Sujet du message: Répondre en citant

Déjà , Altaïr, dans les premiers posts sur ce sujet, j'ai reconnu que , en ce qui me concerne, je risquais de passer pour un réac. J'assume, mais un "réac" au sens de quelqu'un qui veut réagir, qui ose dire ce qui n'est pas politiquement correct.

Je ne me voile pas la face, je suis tout a fait conscient qu'être parent ne doit pas être facile, je ne le suis pas encore, toutefois on me confis des enfants.
J'essais péniblement de leur donner un base de culture générale dans mon domaine. Et je me heurte souvent à quoi ? Ils n'écoutent pas, ne s'écouent pas eux mêmes entre eux et donc , de mon point de vue, ne se respectent pas.
Ils sont de plus en plus souvent "sans-gène" et se permettent de dire et faire de choses qui traduisent soit une totale inconscience des limites minimum à respecter pour vivre en société, soit un total echec concernant la manière employée pour essayer de leur inculquer ces règles.
Et parfois, quand on voit les parents, on comprends.

Je persiste à dire que ce n'est pas à un enseignant a, littéralement, apprendre à des enfants de 6ème à écouter un adulte ou même un de ses camarades lorsque celui ci lui parle, ce n'est pas non plus à un enseignant de leurs apprendre à ne pas couper la parole....
Cela c'est au parent de l'inculquer à leur enfants, hors moi, je trouve qu'en face de moi , il n'y a pratiquement jamais trace de cela chez mes élèves.

Et le plus effarant, c'est que primo, ils sont surpris de l'agacement que cela suscite chez les enseignants, secondo, au fond ils se mettent à aimer cette rigueur dont on fait preuve avec eux ( avec le temps ).

Cela,selon moi, ne traduit qu'une seule chose, ils n'ont jamais rencontré cette fermeté minimale dans leur milieu familial.

De plus Altaïr, nous ne resumons pas le création des enfants au seul désir de toucher des allocs. C'est très réducteur au regard de tout ce que nous avons déjà dis.

Enfin, je crains, et je constate, qu'a vouloir trop fuir la vieille éducation autoritaire, nous soyons plus ou moins tombé dans l'excés inverse, qui lui aussi engendre des dégats psychologiques chez les enfants, mais peut être plus subtils, sournois et à retardement.

La vieille éducation avait surement ses défauts, la nouvelle en a aussi. La preuve, il suffit de parler , juste de parler, d'un peu de retour à la discipline ( pas grand chose... ), et tout de suite on est taxer de "Réac" avec tout l'accens péjoratif que cela peut avoir.

Je ne demande le retour des chatiments corporel, c'est une évidence, mais juste d'accepter de réconnaître qu'il y a un problème dans l'éducation des enfants de nos jours et que l'éducation parentale est une des causes du problème.

Sur les effets désastreux des média, de la publicité et des émissions de création de "star minute", je suis on ne peut plus d'accord avec toi. On décridibilise l'adulte et on leurre les jeunes en leur faisant croire qu'aucun effort ou presque n'est nécessaire pour être riche dans la vie ( comme si d'ailleurs, l'argent était la seule est unique source de bonheur...).

Toutefois, un certain nombre de parents se décridibilisent tous seuls : un enfant de 6ème qui a déjà son téléphone portable?? Des adolescents qu'on laisse se coucher à plus de 23h30 le soir en plaine période scolaire ( comme mes voisins ) ??

Le problème, c'est que l'on ne peut pas faire de pédagogie avec des enfants incapables de retenir la moindre parole qu'ils ont envie de dire. Si l'on ne sévit pas, le travail n'avance tout simplement pas, et c'est ensuite les parents qui en fin d'année son choqués que les programme ne soient pas finis !

Moi je dis que le temps perdu à remettre de l'ordre dans une classe, mi bout à bout, sur une année , ca fait pas mal d'heures de cours qui pourraient être mieux employer : Travail interessant sur des outils informatiques, sorties au musée, projection de films en rapport avec le programme.... J'aimerai tellement mieux faire cela, plutot que chaque jour sévir pour les même manquements chez des élèves visiblement incapables de respecter un minimum, juste un minimum de discipline.

Concernant la phrase de Chyrae sur " bien éduquer ca n'existe pas..."
Je suis d'accord dans le sens ou le premier soucis des parents devrait être de comprendre leur enfant. Dans ma famille, l'éducation a été réussi je crois, c'est le coté sentimental qui a raté, mais la grande défense de mon père est de dire : "De tout façon on rate toujours l'éducation de ses enfants...."
Cette défense par la négative, curieusement commune à ton père et au mien est un peu facile je trouve. En partant perdant dés le départ on peut difficilement réussir.

Enfin, mon pauvre Rygel, je vais te donner le point de vue d'un ensignant face au ministère : mon principal interlocuteur en ce moment, c'est le Rectorat de l'académie de Paris, pour des choses aussi triviales que les paies, les bulletins de salaire..... je peux vous parler durant des heures de l'incompétence, de l'insouscience et de la totale incurie et irresponsabilité du personnel de ce batiment.

De plus, il faut être prof débutant pour croire ( du moins c'est moins point de vue dans ma matière ) , que les programmes peuvent être terminer. Il sont très interessants, certes mais conçus pour des classes travailleuses, attentives, pas trop chargées... idéales quoi.
_________________
"Pourquoi devrais-je apprendre ce que je peux trouver dans un livre?"
Albert Einstein

"C'est vrai que j'ai tendance à ouvrir ma gueule... un peu fort. Mais c'est parce que pendant 20 ans , j'ai cru qu'j'm'appelais silence."
Coluche
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
garp
Mangaversien·ne


Inscrit le : 25 Mai 2005

Message Posté le : 28/05/05 13:47    Sujet du message: Répondre en citant

Mun-su a écrit:
Je persiste à dire que ce n'est pas à un enseignant a, littéralement, apprendre à des enfants de 6ème à écouter un adulte ou même un de ses camarades lorsque celui ci lui parle, ce n'est pas non plus à un enseignant de leurs apprendre à ne pas couper la parole....
Cela c'est au parent de l'inculquer à leur enfants, hors moi, je trouve qu'en face de moi , il n'y a pratiquement jamais trace de cela chez mes élèves.

Cela est vrai qu'en principe ce n'est pas le travail d'un enseignant mais bon il faut aussi se dire que ce genre d'attitudes persistent jusque dans les plus grandes classes (je suis en terminale et je me voile pas la face j'écoute pas souvent les question que certain(e)s posent aux profs de même qu'il y a bien des moments où l'on écoute pas le prof et on parle avec son voisin, c'est inévitable mais bon si ça prend une ampleur trop importante à partir de la seconde j'ai envie de dire que l'élève mets lui même sa vie en l'air et à 16 ans on est totalement responsable de ses actes.)
Mais bon là tu parlais de 6 ème donc je reviens au sujet: c'est vrai qu'il se peut qu'il soit moins poli (pour ma part j'en fréquente pas mais je vois comment mon frère qui est en 4ème peut être irrespectueux et chiant avec nos parents ou moi même.) Ces gamins de 6 ème entre dans la phase d'adolescance donc peut être qu'ils cherchent a contredire l'autorité comme vous l'avez déjà dit enfin je pense que dans ces cas là l'éducation des parents est peut être un peu à remettre en cause surtout s'ils sont trop laxistes, qu'ils rejettent la faute sur l'environnement (évidement mis à part l'environnement familial.)
Enfin au final tu n'as peut être pas de chance d'être tombé sur une classe comme cela mun su à moins que ce phénomène soit totalement généralisée (enfin je suis dans une école privée catho donc bon les gamins intolérants, ... on en voit pas mal mais c'est loin d'être des "racailles" qui seront prêt à te mettre une droite juste comme ça sans que tu les voient venir.)

Mun-su a écrit:
Toutefois, un certain nombre de parents se décridibilisent tous seuls : un enfant de 6ème qui a déjà son téléphone portable?? Des adolescents qu'on laisse se coucher à plus de 23h30 le soir en plaine période scolaire ( comme mes voisins ) ??

Je suis totalement contre les téléphones portables lorsque ce sont des gamins qui en ont , je trouve cela inutile (sauf pour ceux qui veulent voler des portables à des prois faciles.)
Par contre conceenant l'heure du couché tu parles d'adolescant mais bon pour toi être adolescant ça signifie appartenir à quelle tranche d'âge car bon j'en ai 18 en octobre et je suis pas un adulte donc je suis un adolescant cependant se coucher avant 23h30 est loin d'être une habitude chez moi, de même pour mon petit frère de 14 ans qui ne s'endormira pas avant que minuit/ une heure ait sonné (mais bon là on a tout essayé et bon on va pas non plus le frappé et bailloné jusqu'a qu'il bouge plus??)


ps: mun su dans ce topic je t'ai pas vu dire quelle matière tu enseignais (enfin tu l'as sûrement dit ailleur mais j'ai pas parcourru tout le forum désolé) donc si tu pouvais nous en informer parceque dans les classes de lycée faut dire que pas mal de personne en terminal et première S ont rien à faire des profs d'histoire, espagnol, philosophie, ... (enfin si tu enseignes dans le collège je crois pas qu'il y a 6 ans on trouvait que tel ou tel prof servait à rien car il enseignait tel ou tel matière.)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mun-su
Mangaversien·ne


Inscrit le : 21 Août 2004
Localisation : Quelque part dans l'Univers

Message Posté le : 28/05/05 16:21    Sujet du message: Répondre en citant

Je suis d'accord, un élève peut parfaitement ne pas suivre le cour, penser à tout autre choses. Je serais hypocrite si je pretendais avoir été moi même un élève model. J'étais et je suis toujours un rêveur. Mais faut il pour autant papoter avec le voisin toutes les 30 secondes! C'est à croire que les élèves sont en manque de communication ! ou au contraire qu'on les écoute beaucoup trop.

Qu'un élève de 16 ans ou 17 ans soit responsable... c'est à voir. Pour cela il faudrait qu'il ait pleinement conscience de l'enjeu et donc du tort qu'il se fait. De plus , qu'il ne suive pas le cour, c'est vrai c'est son problème, mais l'ennui c'est que ce problème, il en charge toute la classe en bavardant. J'ai quelques élèves vraiment studieux ou au contraire en difficulté et cherchant à s'accrocher. Je peux vous dire qu'il souffrent de l'embiance de désordre et de necessité constante de rappel à l'ordre, ca ce voit, vous pouvez me croire, et si les élèves naturellement doués s'en sortent, les élèves peu doués mais méritant eux son tirés vers le bas par de pretendu "camarades" qui se moquent complètement que le voisin ou la voisine autour d'eux arrive à suivre ou pas. Et je trouve cela proprement inadmissible.

Mon cursus m'a surtout amené devant des collégiens (6ème jusqu'a 3ème ) donc je ne peux parler que de ces niveaux. Quoiqu'une fois, j'ai enseigné l'option économie à des élèves de seconde alors que ce n'est pas ma matière. J'ai eu plusieurs classes, 3 ou 4 je ne sais plus, de ce type, pendant 1 an. Rares étaient ceux qui étaient attentifs et concentrés.... et il y avait de quoi ! L'option éco en seconde est coefficient 1 et les résultats dans cette matière ne sont pas pris en compte pour savoir si l'élève passera ou non en 1ere ES ! Voyez le genre d'aberration don nous gratifis justement le ministère.

Et pourtant, moi qui n'aime pas l'économie, j'ai appris des choses vraiment interessante durant cette année. Et le programme mélange économie et sociologie. La sociologie c'est vraiment passionnant quand on s'y met, on apprend des tas de choses surprenantes voire amusantes.

Autrement, la crise d'adolescence admettons, mais normalement c'est plutot vers 15 à 16 ans , donc vers la 3ème ou la seconde, pas dés la 6ème. A moins que les générations actuelles soient toutes spécialement précoces dans ce domaine? si oui je serai curieux d'en connaître la cause....

Pour les horaires le soir, je dis cela, car le corps médical comme le corps enseignant, ne cessent de dire qu'un adoslescent en plaine croissance et en plein développement de sa mémoire et de sa culture générale a besoin d'au moins 8h si ce n'est 10h de sommeil par nuit pour être au sommet de ses capacités durant la journée.

Concernant les matières jugées par toi ininterressantes, au moins tu as le mérite d'être franc.... même si c'est pas très agréable à entendre. Parce que justemement j'enseigne l'histoire géographie et accessoirement l'éducation civique....

Cela me ferait vraiment mal d'avoir dans quelques années des adultes franchement ignares en histoire ou en géographie comme le sont une majorité d'américains par exemple.

Saviez vous que durant la guerre du Vietnam on avait sonder les américains pour leur demander ou se situait le Vietnam sur une carte?
Les réponses avaient rarement été justes, tantot ils plaçaient ce pays en Amérique du Sud, ou meme au niveau de la Floride pour les nord américains, tantot en Europe!

Et j'ai récemment vu une capture d'écran d'un journal TV de CNN ou une belle carte de l'Europe désignait l'Autriche comme la République Tchèque , sans que cela semble déranger le présentateur.... Et lorsque l'on entend un Georges Bush désigner il y a quelques mois le premier ministe d'Espagne en l'appelant Monsieur le Président sous le nez du Roi Juan Carlos.... ou provoquer une mini crise boursière en Asie en confondant les mots inflation et déflation dans une conférence de presse....
_________________
"Pourquoi devrais-je apprendre ce que je peux trouver dans un livre?"
Albert Einstein

"C'est vrai que j'ai tendance à ouvrir ma gueule... un peu fort. Mais c'est parce que pendant 20 ans , j'ai cru qu'j'm'appelais silence."
Coluche
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
garp
Mangaversien·ne


Inscrit le : 25 Mai 2005

Message Posté le : 28/05/05 18:32    Sujet du message: Répondre en citant

Mun-su a écrit:
Pour les horaires le soir, je dis cela, car le corps médical comme le corps enseignant, ne cessent de dire qu'un adoslescent en plaine croissance et en plein développement de sa mémoire et de sa culture générale a besoin d'au moins 8h si ce n'est 10h de sommeil par nuit pour être au sommet de ses capacités durant la journée.

Oui j'avais aussi entendu parler de cela et bon cela doit être vrai (étant donné que beaucoup de médecin le disent) mais les jeunes passent de plus en plus de temps devant l'ordi et la télé donc bon si on cumulle le tout ça les oblige à se coucher tard (j'ai d'ailleurs l'impression que certain considèreque ne pas pouvoir utilisé un ordinateur et donc internet = être coupé du monde, en tout cas c'est vrai pour mon frère.)

Mun-su a écrit:

Concernant les matières jugées par toi ininterressantes, au moins tu as le mérite d'être franc.... même si c'est pas très agréable à entendre. Parce que justemement j'enseigne l'histoire géographie et accessoirement l'éducation civique....

Il y a mal entendu j'ai dit que beaucoup de S pense que des matières comme la philosphie, histoire-géo, ... sont inintéressante et cela se voi dans leur moyennes (j'ai des copain qu'on 17 en maths physiques mais qui se tape 3 et 4 en philo et histoire), pour ma part les matières auquelle je n'ai jamais vraiment accroché sont le français (d'ailleurs ça se voit dans mes copies je ne m'exprime pas très bien), l'espagnol (car je sais que je ne l'utiliserait plus après mes études, j'aurai vraiment préféré avoir de l'anglais renforcé) et la philo peut parfois être ininteressante (enfin ça dépend de ce que le prof raconte. (pour les matières scientifiques je dirai rien mais bon faut pas non plus croire que les maths c'est passionnant.) Pour l'éducation civique (contrairement à l'histoire et la géo) je n'arrivai pas à accrocher.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Altaïr
Mangaversien·ne


Inscrit le : 10 Fév 2003
Localisation : Paris - Essonne - Creuse

Message Posté le : 30/05/05 14:26    Sujet du message: Répondre en citant

minsk a écrit:
Altaïr a écrit:
Mais s'il vous plait, épargnez nous le retour à l'éducation autoritaire qui faisait peut-être des enfgants bien dressés, mais qui causait des dégats psychologiques énormes.


Sur quoi te bases-tu pour énoncer ceci ? Je suis pas défenseur à tous crins de la méthode coup de règle sur les doigts, mais en quoi nos parents et nos grand-parents auraient-ils été ravagés psychologiquement par les méfaits de l'éducation nationale pré-1968 ?



(désolée pour la réponse tardive, je n'étais pas là ces derniers jours)

Pour commencer, je parlais bien d'éducation autoritaire, donc excessifs, et pas de simple fermeté.
Alors, pour te répondre, j'ai sous le coude soit :
- mon expérience de cas extrêmes de par ma mère avocate (genre l'enfant battu quand enfant qui bat ses parents une fois devenu assez fort pour le faire), mais je ne pousserai pas la mauvaise foi d'en tirer des généralités
- les théories psychanalytiques et autres pedopsychiatriques dont je ne suis généralement pas friande, mais sur lesquelles je suis assez d'accord sur le coup.
- mon intime conviction de mère que la violence ne résout rien, et que quand on y arrive c'est qu'il y a eu échec avant, qu'on n'a pas su se faire respecter et faire confiance à l'enfant. Une relation qui se base sur un rapport de respect et de confiance est bien plus saine qu'une relation qui se base sur une relation de peur.
- les exemples effrayants d'éducation autoritaires style jeunesses hitlériennes ou communistes, qui montrent que ce genre d'éducation peut formater un individu, et que dès lors qu'on la prône, on s'avance sur un terrain dangereux. Que les enfants puissent garder un esprit critique me semble essentiel.
_________________
Pingouin dans les champs, hiver méchant !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Tommy
Mangaversien·ne


Inscrit le : 13 Avr 2005
Localisation : La Roche-sur-Yon ou Elne

Message Posté le : 30/05/05 20:18    Sujet du message: Répondre en citant

Altaïr a écrit:
Que les enfants puissent garder un esprit critique me semble essentiel.


En effet, mais un enfant pourri-gâté par des parents laxistes, qui le soutiendront face à ses profs, même quand il fait des conneries, aura la certitude d'avoir toujours raison et n'aura pas plus de sens critique que les jeunesses hitleriennes et communistes dont tu nous parlais. La seule différence, c'est que l'uniforme ne sera pas imposé autoritairement par le pouvoir en place.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Altaïr
Mangaversien·ne


Inscrit le : 10 Fév 2003
Localisation : Paris - Essonne - Creuse

Message Posté le : 31/05/05 15:17    Sujet du message: Répondre en citant

Tommy a écrit:
Altaïr a écrit:
Que les enfants puissent garder un esprit critique me semble essentiel.


En effet, mais un enfant pourri-gâté par des parents laxistes, qui le soutiendront face à ses profs, même quand il fait des conneries, aura la certitude d'avoir toujours raison et n'aura pas plus de sens critique que les jeunesses hitleriennes et communistes dont tu nous parlais. La seule différence, c'est que l'uniforme ne sera pas imposé autoritairement par le pouvoir en place.


J'ai dit le contraire ???
Je ne suis pas du tout pour une éducation laxiste ! Entre autoritaire et laxiste il y a le choix me semble-t-il !
Je suis pour une éducation qui responsabilise l'enfant. Enfin je verrai bien ce que donneront mes grands principes quand ma fille aura grandi, à 1 an 1/2 c'est un peu tôt pour se prononcer...

et ce que je disais plus haut, c'est que je ne suis pas persuadée que l'éducation parentale actuelle soit plus laxiste qu'avant, par contre que notre société actuelle motive moins les enfants à s'intéresser aux études, c'est bien possible.
_________________
Pingouin dans les champs, hiver méchant !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
minsk
Mangaversien·ne


Inscrit le : 16 Oct 2003
Localisation : Dans un coin perdu de montagne...

Message Posté le : 31/05/05 16:16    Sujet du message: Répondre en citant

Altaïr a écrit:


Pour commencer, je parlais bien d'éducation autoritaire, donc excessifs, et pas de simple fermeté.
Alors, pour te répondre, j'ai sous le coude soit :
- mon expérience de cas extrêmes de par ma mère avocate (genre l'enfant battu quand enfant qui bat ses parents une fois devenu assez fort pour le faire), mais je ne pousserai pas la mauvaise foi d'en tirer des généralités
- les théories psychanalytiques et autres pedopsychiatriques dont je ne suis généralement pas friande, mais sur lesquelles je suis assez d'accord sur le coup.
- mon intime conviction de mère que la violence ne résout rien, et que quand on y arrive c'est qu'il y a eu échec avant, qu'on n'a pas su se faire respecter et faire confiance à l'enfant. Une relation qui se base sur un rapport de respect et de confiance est bien plus saine qu'une relation qui se base sur une relation de peur.
- les exemples effrayants d'éducation autoritaires style jeunesses hitlériennes ou communistes, qui montrent que ce genre d'éducation peut formater un individu, et que dès lors qu'on la prône, on s'avance sur un terrain dangereux. Que les enfants puissent garder un esprit critique me semble essentiel.


Je m'excuse mais tes arguments ne me convainquent pas dans la mesure où tu as un peu répondu à côté. Je te demandais sur quoi tu te basais pour avancer que l'éducation "à la dur" de nos parents et grand-parents (en France donc) avait fait des dégâts chez eux. Je trouve mes parents et les parents/grand-parents de mes amis pour la plupart assez équilibrés et pas traumatisés outre mesure par le fait d'avoir pris un ou deux coups de règles ou quelques tartes quand cela s'imposait... Quand on discute de l'école à l'époque avec eux, ils comparent pas vraiment ça à un camp de concentration... Les exemples style jeunesses hitlériennes on sort totalement du champs de la discussion là...
_________________
Si ce que tu as à dire n'est pas plus beau que le silence alors tais-toi (proverbe arabe)

Rédac-chef (ça fait classe) de Daily Movies
www.daily-movies.ch
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
michael
Mangaversien·ne


Inscrit le : 03 Sept 2002
Localisation : alsaco-moselane

Message Posté le : 01/06/05 04:56    Sujet du message: Répondre en citant

Mouais, enfin education "a la dure", c'est pas ce qu'il y a de plus epanouissant, tu vas pas me dire le contraire.
Quand j'etais au CP/CE1, j'ai eu une prof en fin de carriere, quand tu faisais tomber un stylo tu te faisais tirer les cheveux pendant 5 minutes, et la priere au petit Jesus le matin et le midi (bon, j'etais en classe en Lorraine, donc c'est un peu special)... ensuite j'ai eu des jeunes profs, qui nous enseignaient tout le toutim d'une maniere un peu plus cool, et ben on a pas mute en delinquant, on a juste etudie avec un peu moins de stress sur la guoule.
Entre les extremes de l'autoritarisme et le laxisme j'aime aussi a croire qu'il y a un juste milieu.

Evidemment "les choses ont changee" (j'aime bien ce genre d'expression Sourire)...

Mais y'a d'abord une chose que je voudrais dire, dommage que je ne l'ai pas sous les yeux, c'est que j'avais ete assez impressionne par un texte de quelques courts paragraphes que j'avais lu lors de ma formation BAFA qui decrivait la jeunesse de la facon dont cela a ete fait ici en gros. Un paragraphe sur "ils n'ont plus le respect des anciens", un autre sur la depravation, etc... tous d'auteurs differents. Et la ou ca devenait amusant c'est qu'a la fin de tous ces paragraphes on nous indique que le premier court paragraphe est de Socrate, le second de machin du Xeme siecle, et le troisieme de truc du XIV, et le dernier d'un intellectuel contemporain... que des mecs reconnus comme ayant une grosse tete a travers environ deux millenaires aient toujours eu la meme vision de la jeunesse ca m'avait tout de meme interloque et un peu fait reflechir... la jeunesse change-t-elle vraiment, son image est-elle donc toujours la meme quoi qu'il arrive ?

Bon, s'il y a une chose qui a bien change, c'est le rapport a l'autorite je pense.
J'ai eu un semestre de cours en socio de l'Educ ou le prof (au fort accent russe d'ailleurs, pas de reel rapport) nous expliquait que comme dans la famille, etc... maintenant on se situe plus sur un plan horizontal, pere, mere et enfant quasiment au meme niveau, les gosses sont concertes, il y a des discussions tout ca, le shema vertical du pere au sommet, donc l'autorite, est remis en cause dans les autres sphere de la societe, et c'est pour ca aussi que le cure, le maire et l'instit ne sont plus les big boss du village de campagne.

Sinon j'ai travaille a de nombreuses reprises et j'espere pouvoir continuer a le faire encore un moment avec des maisons d'enfants specialises ou les gamins sont hyper-agressifs, pas top respectueux, etc... Quand l'equipe est soude, c'est dur, mais ca marche, on arrive a monter des trucs, mais surtout, j'ai bien appris que quand tu ne connais pas la personne, son histoire, etc... tu ne peux pas juger, et une fois que tu la connais, tu ne peux plus juger.

La encore, il ne s'agit pas de victimiser a outrance, il y a bien un phenomene de connerie de la part des "djeuns" comme on les appelle, mais pas que ca, c'est une evidence.
Comme je porte toujours ma veste avec dans le dos une poignee de main blanche et noire, je me suis deja fait aborder plusieurs fois genre en train de bouquiner a la fnac, un rebeu s'assoit a cote de moi, donc du coup un vigile se poste en face et nous scrute pendant un bon quart d'heure (enfin, quand je dis "nous"...), une fois celui-ci parti, mon voisin m'aborde "c'est bien ce que t'as d'ecrit dans le dos, solidarite entre les peuples, mais moi j'y crois pas"... et le desespoir que le bonhomme renvoit, qui n'a simplement aucune perspective, est vraiment un truc triste a crever (d'ailleurs il a parle de suicide).
Oui, l'education doit faire face, mais je vais jouer mon gaucho, quand en Science de l'Education on etudiait la politique de l'education, on faisait parfois de la politique tout court et de la demographie, et la devant l'evidence que les ghettos deviennent de plus en plus merdique et grandissent parcequ'il n'y a pas de volonte d'y remedier veritable (c'est pas en augmentant les effectifs policiers de la sorte ou en petant autant de thunes pour l'illumintion de la ville a la periode des fetes que ca va se faire), et ben les choses ne vont pas mieux, non...
Des etudes ont montre que lorsque les gens ne sont plus parques comme des betes ("le bruit et l'odeur") et vivent dans des pavillon de base juste un peu digne, et ben ils font pas chier le monde et change leur ampoule tout seuls.

Oui, ca explique pas grand chose et ca fait pas avancer le smilblick, la situation reste ce qu'elle est et les jeunes enseignants en chient grave lors de leur premieres affectations, tout en souhaitant la majorite du temps s'en casser le plus vite possible... ils ont bien du courage.
Je me dis tout de meme que si j'avais grandi dans les meme conditions que ces jeunes et ben j'aurai "mal tourne", quasiment a coup sur. Faute a mes vieux, a mon environnement, la societe, etc... ?
Hum. J'ai eu du bol.
_________________
"Rien que d'être vivant, de respirer ce jour-là, c'était une vérité qui était comme un inexprimable miracle".
L'audacieux jeune homme au trapèze volant, William Saroyan
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
minsk
Mangaversien·ne


Inscrit le : 16 Oct 2003
Localisation : Dans un coin perdu de montagne...

Message Posté le : 01/06/05 08:41    Sujet du message: Répondre en citant

C'est clair que le légendaire "y'a plus de jeunesse ma pov' dame" a traversé les âges sans varier d'un iota. La jeunesse semble toujours plus rebelle et moins respectueuse qu'à leur génération aux plus âgés, si un jour c'est plus comme ça, c'est là qu'il faudra s'inquiéter.

Pour le reste de ton discours, je suis d'accord, on trouve des tas d'explications sociologiques qui montrent que la politique d'urbanisation des précédentes décennies est grandement responsable d'une partie des problèmes. Comme aussi la totale incapacité de certains parents immigrés a adapté les méthodes d'éducation ancestrale qu'ils ont connues à un pays moderne et et riche comme la France.

Et pour conclure, je suis un grand fan de la voie médiane : entre le pensionnat de chavagnes et le bordel institutionnalisé en classe y'a un juste milieu, que certains profs d'ailleurs maîtrisent bien. Je m'en souviens d'un en particulier qui maniait habilement l'alternance humour et sévérité, il avait tout compris.
_________________
Si ce que tu as à dire n'est pas plus beau que le silence alors tais-toi (proverbe arabe)

Rédac-chef (ça fait classe) de Daily Movies
www.daily-movies.ch
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
pitite kouraï
Mlle Mangaverse


Inscrit le : 26 Sept 2002
Localisation : Ailleurs...

Message Posté le : 02/06/05 22:04    Sujet du message: Répondre en citant

minsk a écrit:
Comme aussi la totale incapacité de certains parents immigrés a adapté les méthodes d'éducation ancestrale qu'ils ont connues à un pays moderne et et riche comme la France.


Heureusement que je te connais pour savoir que c'est pas une remarque de gros raciste... Mais tout de même, elle me dérange foncièrement cette phrase.
Je pense qu'il ne faut pas tout mélanger, vraiment. Je ne pense pas que les notions de modernisme et de richesse aient un quelconque rapport avec l'éducation. Faut bien savoir de quoi on parle là. Apprendre à ses gosses à respecter les autres (les "adultes" ou "anciens" en particulier), à dire merci, bref, à être un temps soit peu polies; tout ça, pour moi, ce sont des bases "universelles" (j'ai mis des guillemets hein ! je trouvais pas d'autre mot) et ne se rapportent absolument pas au niveau de développement.

Ensuite, d'accord tous les parents ne sont pas parfaits et certains s'en foutent franchement de leur gosses (bon faut voir le contexte qui accompagne ce genre de situation aussi... ) mais je ne vois pas en quoi des "méthodes d'éducation ancestrales" seraient mauvaises puisque la politesse elle - à peu de choses près - ne change pas tellement.
Si tu voulais dire par "méthode ancestrale" la méthode "à la dure" où c'est une beigne ou pire s'il y a un mot de travers; là je suis d'accord, la violence n'a jamais rien résolue. Mais là encore c'est loin d'être spécifique aux populations immigrés.

Enfin, puisque j'en étais à la violence; je suis d'accord avec Altaïr : je pense que oui l'éducation "à la dure" laisse des séquelles et des traumatismes. Et il ne faut pas croire que ce genre de choses qui touchent à la psychologie sont visibles. Elles ne le sont pas toujours (sauf cas extrême), ça ne veut pas dire qu'il n'y a pas de problème (souvent inconscient je l'accorde).


Bon, sinon j'ai suivit le débat sans intervenir; ça me parait un peu dur de donner un avis, du haut de mes presque 19 ans (argh déjà ! j'ai encore 16 ans dans ma tête pourtant... Neutre ), qui soit un temps soit peu valable. Pourtant je pencherais aussi pour une éducation de "juste milieu", même si je ne suis pas sûr qu'il existe ou qu'on puisse jamais l'atteindre, mais ça n'empêche pas d'essayer au mieux; les extrêmes c'est jamais bon de toute façon.


P.S: ce post m'a l'air d'être une succesion de "moi je"... Roulement des yeux Je vais aller m'auto-flageller !
_________________
La capote, c'est le soulier de verre de notre génération : on l'enfile quand on rencontre une inconnue, on danse toute la nuit et puis on la balance... La capote je veux dire, pas l'inconnue !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail MSN Messenger
Montrer les messages depuis :   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> Tribune libre Les heures sont au format GMT + 2 heures
Se rendre à la page : Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante
Page 3 sur 4

 
Aller vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Site francophone - Support utilisation