Le Site

 FAQ -  Recherche -  Membres  -  Inscription 
 Profil -  Se connecter pour vérifier ses messages privés -  Connexion 
Le Forum

ATOM, le nouveau magazine
Se rendre à la page : Précédente  1, 2, 3 ... 18, 19, 20
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> L'Actu Manga
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
squelette
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 17 Jan 2012

Message Posté le : 13/02/18 21:56    Sujet du message: Répondre en citant

Therru a écrit:
l'hypothèse la plus probable est sûrement qu'on leur a proposé ou que l'occasion s'est présentée pour interviewer Fujita un peu à l'improviste, et que faute de temps (ou de moyens) pour approfondir ses oeuvres, ils ont paré au plus pressé.


Non, comme l'écrasante majorité des entretiens, celui-ci est né d'une initiative de Fausto, qui en a eu envie dès le numéro 2 ou 3 je crois.

sushikouli a écrit:
l'auteur à venir chez Pika qui a droit à un traitement quasi-similaire alors que ses travaux sont tous inédits et que sa série n'était même pas encore annoncée par l'éditeur en VF lors de la sortie du mag. C'est pas ça qui va effacer les soupçons de copinage évoqués jadis...)


Curieuse coïncidence, Fausto s'intéressait justement à cet auteur publié dans Comic Beam quand ses éditeurs japonais (Kadokawa) lui ont parlé de la sortie du bouquin chez Pika et lui ont proposé l'interview. Pourquoi Fausto s'y intéressait-il ? Parce que les auteurs de Comic Beam font de chouettes trucs et que c'est très agréable de bosser avec Kadokawa, toujours ouverts à la discussion et accommodants.

Proposer des entretiens à un magazine, ça ne s'appelle pas du copinage, ça s'appelle faire son boulot d'attaché de presse, et vous seriez surpris du nombre réduit de propositions que Fausto reçoit même après un an d'Atom. Akata est un des rares éditeurs à faire preuve d'initiative, merci à eux !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
XaV
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 30 Mai 2006
Localisation : Paris

Message Posté le : 13/02/18 22:05    Sujet du message: Répondre en citant

sushikouli a écrit:
(Mais là où je te rejoins, c'est sur l'auteur à venir chez Pika qui a droit à un traitement quasi-similaire alors que ses travaux sont tous inédits et que sa série n'était même pas encore annoncée par l'éditeur en VF lors de la sortie du mag. C'est pas ça qui va effacer les soupçons de copinage évoqués jadis...)

Franchement, ça en devient à s'arracher les cheveux: qu'on vous propose un auteur connu, vous faites les blasés, qu'on se tourne vers une découverte, vous dites que c'est inutile.
Yamakawa est un auteur assez unique dans son boulot, et je ne vois pas pourquoi il faudrait d'autres raisons pour s'y intéresser. J'avais d'ailleurs plusieurs de ses bouquins dans ma bibliothèque, et je me suis chargé de la biblio avec plaisir. Ce n'est pas la première fois qu'un auteur très peu traduit en français bénéficie de ce traitement dans ATOM -- et franchement, c'est un peu gonflé de s'en plaindre. Quelqu'un prend le temps de défricher, d'expliquer, de commenter aussi, mais non, bof, pas intéressant.

sushikouli a écrit:
Et en France, la dernière fois (la seule en fait) où j'avais compté pour Tezuka, on était à un peu plus de 250 Tezuka sortis (250 de l'édition complète, ce qui peut faire moins en VF du fait des anthologies (les FLBLB, par exemple)).
Par contre, l'autre jour, quand on parlait de Tezuka, je me demandais : est-ce que les chiffres officiels de planches dessinées correspondent aux ouvrages publiés ou à sa production réelle ? Quand on sait le nombre de planches qu'il a redessiné, ce n'est pas un petit détail...

Attention pour le décompte de Tezuka en français, la multiplicité des éditions pour certains titres (Black Jack, par exemple) a tendance à gonfler le nombre. Je crois que j'étais arrivé à l'équivalent de 170 volumes traduits, ce qui est déjà très conséquent.
Pour la quantité de planches dessinées durant sa carrière, le chiffre souvent avancé de 150 000 planches est sujet à caution. Si on prend comme base l'édition complète, elle compte 400 volumes d'environ 250 pages chacun, soit 100 000 planches. Comme je le rappelais, ce n'est pas une édition vraiment complète, mais 16 des volumes sont des compilations de textes, mais ça fait une estimation à la louche acceptable.
Effectivement, il faudrait rajouter ce qui a été redessiné (pas mal de choses des débuts), plus les 6 versions de Jungle Taitei (qui ont été plus retouchées que redessinées intégralement)... et rajouter les travaux de jeunesse, réalisés entre 13 et 19 ans. Bon, personnellement, même en étant généreux, j'ai du mal à arriver à 150 000. Un chiffre entre 100 000 et 120 000 me semblerait plus réaliste (tout en restant extrêmement impressionnant).
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
sushikouli
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 29 Oct 2003

Message Posté le : 13/02/18 23:41    Sujet du message: Répondre en citant

XaV a écrit:
Ce n'est pas la première fois qu'un auteur très peu traduit en français bénéficie de ce traitement dans ATOM -- et franchement, c'est un peu gonflé de s'en plaindre. Quelqu'un prend le temps de défricher, d'expliquer, de commenter aussi, mais non, bof, pas intéressant.

Où est-ce que tu as vu que je me plaignais ? (Et je le (re)précise au cas où : je suis très satisfait du sommaire de ce numéro que j'ai acheté dès sa sortie) Therru déplorait le manque de place accordée aux présentations des oeuvres de Fujita en comparant à l'espace consacré à Tsuruta plus loin. J'ai répondu en disant que ça me choquait moins que pour Yamakawa. C'est un simple constat dénué de toute forme de jugement. Il m'a semblé avoir également écrit, hier ou avant-hier, qu'il était toujours difficile pour un magazine de se positionner entre suiveur et défricheur, et qu'il n'y avait pas de bonne ou de mauvaise réponse.

Maintenant, puisque tu viens sur ce terrain, on peut débattre clairement :
- défricher oui, mais là ce n'est pas le cas puisque la sortie du titre est imminente. Pour moi, défricher, c'est aborder un auteur ignoré de tous.
- avec 135 mangas publiés chaque mois, dont certains à pertes par des auteurs pourtant talentueux, est-il pertinent de vouloir "défricher" ? La question est d'autant plus importante qu'ATOM ne se positionne pas comme un magazine d'actualité.
Citation:
Attention pour le décompte de Tezuka en français

J'étais parti de la liste japonaise de Kôdansha et j'avais comptabilisé ceux sortis. Mais ça date, donc ma mémoire me fait peut-être défaut. Et j'ai la flemme de recommencer.
Squelette a écrit:
Curieuse coïncidence

Alors je suis mauvaise langue, donc au temps pour moi. Je suis ravi de m'être trompé.
Citation:
vous seriez surpris du nombre réduit de propositions que Fausto reçoit même après un an d'Atom

Euh... C'est aux attachés de presse des éditeurs de composer le chemin de fer d'un mag ou à son rédac' chef ?

La presse est restée trop longtemps tributaire des éditeurs français et des venues d'auteurs en France. Heureusement, depuis 4 ans, ça a changé. Et c'est tant mieux ! (Et c'est pas plus compliqué)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sushikouli
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 29 Oct 2003

Message Posté le : 13/02/18 23:52    Sujet du message: Répondre en citant

Juste, pour éviter les quiproquos :
- "Parce que les auteurs de Comic Beam font de chouettes trucs et que c'est très agréable de bosser avec Kadokawa" >> C'est un argument tout à fait recevable et légitime.
- Quand je demande "C'est aux attachés de presse des éditeurs de composer le chemin de fer d'un mag ou à son rédac' chef ?", c'est juste pour rappeler qu'un rédacteur en chef doit être pro-actif et n'a pas à attendre les suggestions des éditeurs (ni s'étonner de leur absence). Et si c'est une opportunité qui s'est présentée en accord avec une envie de Fausto, tant mieux. Je suis le premier à saisir les opportunités offertes par la vie. Donc, je ne vais pas le blâmer pour ça.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
XaV
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 30 Mai 2006
Localisation : Paris

Message Posté le : 13/02/18 23:59    Sujet du message: Répondre en citant

sushikouli a écrit:
- défricher oui, mais là ce n'est pas le cas puisque la sortie du titre est imminente. Pour moi, défricher, c'est aborder un auteur ignoré de tous.

Ta mauvaise foi m'impressionnera toujours. Un peu plus haut, tu signalais que c'était un entretien publié alors que la traduction VF à venir n'était pas encore annoncée. Et là, paf, parce qu'un éditeur va le sortir, ce n'est plus défricher? D'autant plus que, comme l'a indiqué squelette, c'était un auteur qui intéressait Fausto depuis longtemps.

sushikouli a écrit:
- avec 135 mangas publiés chaque mois, dont certains à pertes par des auteurs pourtant talentueux, est-il pertinent de vouloir "défricher" ? La question est d'autant plus importante qu'ATOM ne se positionne pas comme un magazine d'actualité.

ATOM essaie, il me semble, de cultiver une certaine approche, ce qui fait que sur ces 135 mangas publiés chaque mois, il doit y en avoir une bonne partie qui n'intéressent pas Fausto. Sachant que là, tu te limites aux sorties françaises, ce qui n'est pas le cas d'ATOM.
Ensuite, le magazine prend comme ligne de traiter d'auteurs, et moins de séries ou de titres. Donc oui, il est pertinent de défricher, d'aller attiser la curiosité. Ensuite, tout est affaire d'équilibre, entre d'un côté des auteurs connus et établis, à l'oeuvre riche, et de l'autre des auteurs à découvrir du fait de leur vision artistique forte ou différente.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
squelette
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 17 Jan 2012

Message Posté le : 14/02/18 00:31    Sujet du message: Répondre en citant

Tout à fait d'accord, un rédac chef doit aussi s'affranchir de l'actu et du prémâché.

Mais le boulot des attachés de presse n'est-il pas de faire parler de leurs sorties dans les médias ? Je ne vois pas en quoi c'est problématique de recevoir une proposition d'interview de la part d'un attaché de presse. Ce n'est pas ça qui dicte le chemin de fer, le rédac chef est libre de décider si ça colle avec sa ligne éditoriale et de saisir l'occase ou non, et il ne va bien évidemment pas se contenter de recopier le communiqué de presse tel quel.

En revanche, c'est dur de faire du bon boulot quand on n'est pas tenu au courant des sorties. Les demandes d'interview, il faut les faire des mois à l'avance, et s'arranger pour qu'elles rentrent dans la dizaine de jours que dure un séjour de Fausto à Tokyo. Compliqué quand on ne sait pas ce qui va sortir en France, surtout si d'un autre côté certains lecteurs se plaignent qu'Atom traite aussi de choses inédites chez nous.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Therru
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 25 Avr 2007
Localisation : Liège

Message Posté le : 14/02/18 22:44    Sujet du message: Répondre en citant

sushikouli a écrit:
Euh... Elles y sont, les chroniques ^^;;


Je parle d'une vraie chronique, comme on en trouve pour "Innocent" par exemple, pas juste un petit résumé dans la marge. Clin d'oeil


squelette a écrit:
Non, comme l'écrasante majorité des entretiens, celui-ci est né d'une initiative de Fausto, qui en a eu envie dès le numéro 2 ou 3 je crois.



C'est d'autant plus décevant alors. Comme le dit sushikouli, c'est aussi la limite de ce qu'on peut faire par soi-même, surtout pour des auteurs avec une aussi longue carrière.
Bon, les pages couleurs sont cools, c'est déjà ça, mais j'avais déjà l'artbook de ses 20 ans de carrière. Maintenant, si ça peut donner envie à certains d'essayer au moins ses "Black Museum", ma foi, ce serait déjà pas mal. Mais en tant que fan, je reste clairement sur ma faim.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
squelette
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 17 Jan 2012

Message Posté le : 15/02/18 13:28    Sujet du message: Répondre en citant

Therru a écrit:
en tant que fan, je reste clairement sur ma faim.


C'est dommage, mais merci pour ton avis approfondi.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Aniki
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 23 Nov 2003

Message Posté le : 15/02/18 15:57    Sujet du message: Répondre en citant

Beaucoup de choses m’attristent, dans ce sujet. Entre les dialogues de sourds, la mauvaise foi et le suivisme, il ne reste pas grand chose qui donne envie de participer.

Je trouve ça dommage, parce qu’il y aurait vraiment de la place pour un débat sain. Une partie des gens qui construisent le mag passent par ici et sont ouverts à un échange de bonne foi. Merci à Cyril (e.a.) pour ses retours constructifs, d’ailleurs.

Je vais tout de même rebondir sur ceci :

Therru a écrit:
sushikouli a écrit:
Euh... Elles y sont, les chroniques ^^;;


Je parle d'une vraie chronique, comme on en trouve pour "Innocent" par exemple, pas juste un petit résumé dans la marge. Clin d'oeil


En fait, ce ne sont pas juste des « petits résumés ». Je pense qu’il ne faut pas confondre quantité et qualité. C’est court, oui, mais on y trouve bien souvent une synthèse de regard critique/analytique et une remise en contexte. Du coup, c’est souvent par-là qu’on trouve les infos réclamées sur l’auteur, qui ne se trouvent en effet pas dans une intro préalable mais dans ces colonnes, dans le chapô et tout simplement dans l’interview elle-même. Pour le coup, je n’ai pas le mag sous les yeux donc je ne peux pas vérifier pour Fujita mais il me semble qu’en lisant un dossier complet on a toutes les infos nécessaires, non ?

Après c’est vrai, certains auteurs ont droit à des chroniques plus étendues. Mais je peux garantir que pour ma part, je mets tout autant d’énergie dans les textes courts (et c’est sûrement tout aussi vrai pour les autres journalistes – XaV en a déjà parlé ici, il me semble). Autre info, puisque la connaissance des auteurs et de leurs oeuvres est remise en doute : là encore je ne peux parler que pour moi, mais j’écris chacun de ces petits textes après avoir relu le travail d’un mangaka dans son intégralité (ainsi que certaines de ses influences), regardé des films avec lesquels je soupçonne un lien, consulté des sources en japonais, etc. Autant dire que c’est très, très, très long pour un résultat très, très, très court. Mais je pense que personne ne compte son temps, au sein de la rédaction, et que chacun libère une quantité d’énergie juste astronomique, que ce soit pour l'écriture ou d'autres trucs plus ingrats et invisibles, comme l'organisation des itvs au Japon (qui ne s'y est jamais frotté ne peut se rendre compte de la complexité de la chose).
On aura toujours le droit de ne pas adhérer ou de critiquer certains points mais ce qui est sûr, c’est que 1) ATOM n’est pas un mag torché à la va-vite et que 2) l’interview et/ou la bibliographie de chaque auteur(e) me semblent toujours pris en charge par quelqu’un qui s’intéresse profondément au sujet. On peut difficilement mettre en doute l’expertise de Marius sur Urasawa, celle de Xavier sur Tezuka ou encore la pertinence totale d’un Stéphane dM quand il s’agit d’horreur japonaise.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Flore
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 03 Mars 2008
Localisation : Strasbourg

Message Posté le : 15/02/18 16:31    Sujet du message: Répondre en citant

Aniki, ne t'emballe pas, il y a plein de gens qui sont prêts à débattre ici, et même certains qui ont lu le magazine !

Je suis d'accord pour dire qu'ATOM n'est pas bâclé, et on sent que c'est fait avec intérêt et passion.

Ca ne veut pas dire que le résultat plaise à tout le monde.

Je pense être allée vers Atom pour ce tome avec deux préjugés :
- c'est un très bon magazine avec du très bon contenu
- bon, ils interviewent que des mecs qui font du ero-guro ou des antiquités du shônen, ça me branche vraiment pas.

Du coup une fois le sommaire intéressant à mes yeux (et je pense que les sommaires des 4 premiers auront très peu parlé aux lectrices, hein, pas qu'à moi), j'avais vraiment un a priori positif sur Atom.

J'en ai été d'autant plus déçue. Comme Therru pour Fujita, je suis sacrément restée sur ma faim sur le sujet sur Hayashida !

En fait, ce que j'ai pris le plus de plaisir à lire, c'était le dossier sur Sakamoto : je n'ai lu qu'Ascension et le premier tome d'Innocent, je ne savais pas que c'était l'auteur de Nés pour Cogner, et j'ai eu l'impression d'apprendre un peu des trucs que je ne savais pas.

Le dossier sur Tezuka aussi était chouette à lire.

Pour Urasawa, Fujita et Hayashida, des auteurs dont je connais mieux les œuvres, c'était juste pas passionnant. Pour moi on a traité que des anecdotes ou à peu près (en plus du fameux article sur les signes relaté plus haut). Je n'ai pas l'impression d'avoir tiré quelque chose de ces lectures. Je crois que j'ai plus appris sur Urasawa dans le compte-rendu fait ici par Taliesin de sa conf à Angoulême !

Voilà le problème : j'ai attendu que des auteurs qui me plaisent soient au sommaire, et c'est tout ce qu'il y a sur eux qui m'inintéressent dans le magazine au final.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Aniki
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 23 Nov 2003

Message Posté le : 15/02/18 23:16    Sujet du message: Répondre en citant

Tu as parfaitement le droit de ne pas adhérer, Flore.

Je souhaiterais toutefois préciser quelque chose au sujet des interviews, pour ceux qui ne connaitraient pas la réalité des choses.
Disclaimer : je n’ai pas le mag devant moi et je ne connais pas les coulisses de réalisation des itv de Fujita, Hayashida & Urasawa dans ATOM #5, donc ce qui va suivre vaut de manière générale. Même pas pour ce mag en particulier, d'ailleurs.

Une interview de mangaka réussie, ce n’est pas la norme ! Bien souvent, la rencontre donne quelque chose d’à peine sympa, voire moyen ou mauvais. Une bonne interview, c’est une chance. Une excellente interview, c'est un miracle. Ce que j’appelle une excellente interview : une rencontre qui décrypte intelligemment l’oeuvre de l’auteur, met en lumière sa personnalité et contient une belle alchimie – une entente, des rebonds – entre l’interviewer et l’interviewé. Et il y en a eu un bon nombre, dans ATOM, ce qui relève du tour de force. Même quand toutes les conditions sont réunies pour un entretien génial (connaitre l’oeuvre par coeur, être habitué à l’exercice, avoir un auteur loquace en face), la réalité c’est qu’il n’existe qu’une règle : y’a pas de règle. C’est imprévisible.

Pourquoi ? Parce qu’il arrive que certaines questions posées soient interdites de publication (voire qu'il soit demandé d'emblée d'éviter les sujets X, Y ou Z). À ceux qui se sont promenés sur le forum Mad Movies, je n'apprends rien car Fausto Fasulo en avait parlé là-bas – ça concernait Terasawa, je crois. Il peut aussi arriver, entre autres surprises, qu’un auteur ne soit pas du tout réceptif aux questions de fond « à la française ». Certains vivent le nez dans le guidon 7j/7 et n’ont aucune idée de pourquoi ils ont dessiné ci ou ça, exactement. Le résultat, ce sont des réponses stériles. Dans la presse papier, vu que la place n’est pas infinie il arrive bien sûr que ces trucs-là soient coupés au montage (sauf quand les silences ou les réponses détournées disent quelque chose de l’auteur). Sur le web, on trouve plus souvent des interviews "laissées telles quelles", où sont visibles des réponses assez pauvres ou laconiques.
Là où je veux en venir, c’est qu’il est possible que certaines questions que tu avais en tête aient été posées mais ne se retrouvent pas dans l’entretien publié. Ou encore que si ça parait sauter d’un sujet à l’autre, c’est peut-être parce qu’a été retiré un morceau qui n’était pas important.

Ça, ce sont des considérations générales. Après, si les orientations prises dans ce mag en particulier ne te plaisent pas du tout, alors j’imagine que ce n’est tout simplement pas une approche pour toi. Perso, je m’intéresse assez peu à Fujita & Hayashida (j’ai lu leur travail et je les suis de loin, sans plus) mais par exemple, je me souviens que j’ai beaucoup aimé ce qu’Hayashida dit à propos de son ancienne production artistique : le travail sur la peau. Ça peut paraitre anecdotique, mais c'est une clé de compréhension capitale et un chouette axe d’analyse quand on regarde son travail de mangaka. Quant à Urasawa, il faut prendre en compte les circonstances : passer après un guide officiel ultra boursouflé, qui répertorie à peu près toutes les questions qu’on pourrait se poser. Avec un auteur qui, pendant les interviews (en France, du moins), souhaite visiblement éviter toutes les questions dont les réponses sont dans le guide. Je ne peux pas comparer avec la rencontre au FIBD car je n’ai pas pu y assister (je n’ai fait que la master class).
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
XaV
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 30 Mai 2006
Localisation : Paris

Message Posté le : 15/02/18 23:36    Sujet du message: Répondre en citant

Aniki a écrit:
Mais je peux garantir que pour ma part, je mets tout autant d’énergie dans les textes courts (et c’est sûrement tout aussi vrai pour les autres journalistes – XaV en a déjà parlé ici, il me semble).

Je confirme. Ecrire un texte pour ATOM, ou une biblio, me demande presque autant de travail que pour un article universitaire. Il faut (beaucoup) lire, parfois en japonais, et souvent écrire sur des choses sur lesquelles il n'existe rien. Bref, c'est un vrai travail de création, et personnellement j'essaie de composer une bibliographie comme un panorama de l'évolution d'un auteur, qui se proposerait un peu comme un puzzle. C'était le cas pour Tagame dans ATOM2 et Terasawa dans ATOM3, même chose pour Yamakawa dans ATOM5.

Pour d'autres, ces "vignettes" finissent même par fusionner: Fausto m'avait commandé une biblio de Tezuka, c'est moi qui lui ai proposé l'approche que l'on voit dans le magazine, avec la question de l'édition "complète" en intro, et cette interrogation sur la "construction" d'un certain Tezuka par les éditeurs français.

Mais encore une fois, cela demande énormément de boulot pour préparer, et à nouveau du boulot pour faire tout rentrer dans les gabarits qui nous sont proposés (parce que oui, il y a des contraintes, sinon ça ne rentre plus dans les pages).

Et qu'on ne me lance pas sur les sujets transversaux, qui sont encore pire...
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Therru
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 25 Avr 2007
Localisation : Liège

Message Posté le : 16/02/18 01:13    Sujet du message: Répondre en citant

@Aniki : Je ne remets en aucun cas la compétence et la passion de l'équipe d'Atom pour son sujet. La preuve, j'ai acheté ce numéro, et j'achèterai le suivant, Rumiko Takahashi oblige.
Le magazine est un bel objet, avec une belle maquette, un beau papier, une belle présentation, pas de pubs intempestives et parasites, un bon équilibre entre images et textes.
Je n'ai rien à redire sur la qualité de l'édition et la volonté de bien faire des rédacteurs.

J'ai apprécié le dossier sur Tezuka, auteur avec lequel néanmoins j'ai beaucoup de mal, donc cela me permettait d'en apprendre plus sur lui à travers les yeux de quelqu'un qui connaît et apprécie son travail.

J'ai beaucoup aimé la partie sur les traducteurs et leurs réflexions sur leur travail, parce que la traduction d'un manga influence autant mon appréciation de l'histoire que l'histoire elle-même. J'ai plus de chance d'apprécier un manga moyen mais très bien traduit qu'un manga excellent avec une traduction plate. En plus, vous aviez Sebastien Ludmann et Aurélien Estager, deux traducteurs qui subliment ma lecture d'un de mes auteurs phares et d'une de mes séries phares respectivement.
La traduction est un aspect bien trop souvent négligé par les lecteurs de manga, souvent incapable de discerner les nuances de registre et de vocabulaire, et à quel point cela impacte le ton du manga même.
Cela fait donc plaisir de mettre en valeur ces acteurs de premier plan et qui pourtant font tout pour effacer leur contribution dans le texte.

Je suis aussi parfaitement consciente que le jeu des interviews est difficile, aussi bien dans l'organisation que lors de l'événement même. Je pense que la plupart des mangakas ne sont pas habitués à l'exercice considérant leur rythme de travail imposé pour la plupart, et très certainement tous ne sont pas loquaces, ouvert ou simplement à l'aise avec l'exercice. Ca vaut d'ailleurs dans de nombreux domaines, évidemment, pas qu'avec les artistes.

Donc j'ai une bonne impression générale du magazine, et jamais je n'ai remis en question la compétence ou les efforts de quiconque.

Par contre, comme le souligne Flore, ce n'est pas pour cela que le résultat va forcément me plaire dans sa totalité.
Mon achat était conditionné par mon intérêt pour un auteur en particulier, et je suis restée sur ma faim, c'est tout. Cela a juste confirmé l'impression que j'avais de Kazuhiro Fujita à travers ses encarts dans ses mangas, avec quelques commentaires intéressants de sa part durant l'interview. J'ai trouvé certaines comparaisons pas vraiment pertinentes, et on s'attardait un peu trop sur Ushio to Tora alors qu'il y avait moyen peut-être de partir davantage sur ses titres traduits en français.

Quant aux textes, cela me paraît pourtant une remarque parfaitement valide.
Urasawa a eu droit à une page pour Monster, une page pour 20th Century Boys et une page pour Pluto, mais soit, c'est l'auteur en couverture, c'est normal de lui donner plus d'espace.
Sakamoto a eu droit à deux pages (avec une planche de son titre) pour "Innocent".
Deux pages pour Hayashida et "Dorohedoro" également.
Deux pages dont une planche pour Yamakawa et son titre à venir.

Tsuruta est par contre logé à la même enseigne que Fujita, avec ses titres en marge.
Tous les autres ont eu droit à des chroniques en pleine page.

De plus, celle de "Ushio to Tora" reprend des passages évoqués dans l'interview avec une description d'un passage du manga et une petite anecdote sur la méconnaissance de Fujita pour "Calvin & Hobbes" (encore une comparaison).
Celle de Moonlight Act se contente d'une observation générale (pas d'avis).
Celle combinée de "Springald" et "Ghost & Lady", description plus renvoi à des termes développé dans l'interview.
Celle de "Karakuri Circus" est un pur exercice de style avec une description de séquences de découpage du manga par arc jusqu'à l'envolée du scénario au 7 et par la suite pas mal d'expressions un peu verbeuses et ampoulées pour ne pas dire grand-chose au final, ne serait-ce que pour expliquer que l'auteur s'intéresse aux marionnettes, au cirque, et ce que cela signifie être humain (puis bon flûte quoi, Shirogané reléguée au rang de "nounou", même dans un avis court, non, ça ne passe pas).

Au lieu de la planche de "Springald" sur deux pages par exemple, il y avait largement moyen de caser une chronique sur un de ces titres un peu plus consistante sur une page pleine, voire deux en réduisant la taille de la planche, comme pour presque tous les autres auteurs.

Bref, je comprends très bien que ce n'est pas agréable de voir un travail dans lequel on a mis beaucoup d'efforts et de soi être critiqué, mais je l'ai fait de manière respectueuse, compréhensive et pondérée, à tel point que même sushikouli a accepté mon point de vue sans essayer de me faire culpabiliser et passer pour une râleuse jamais contente, c'est dire à quel point j'ai bien mis les formes dans mes critiques. Mort de rire Je réagis également par rapport à mes attentes. Il y finalement très peu de mangakas dont j'apprécie le travail dans leur globalité, donc forcément, je vais être plus tatillonne à leur égard.


Dernière édition : Therru le 16/02/18 20:39; Edité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Flore
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 03 Mars 2008
Localisation : Strasbourg

Message Posté le : 16/02/18 19:07    Sujet du message: Répondre en citant

Aniki a écrit:
À ceux qui se sont promenés sur le forum Mad Movies, je n'apprends rien car Fausto Fasulo en avait parlé là-bas – ça concernait Terasawa, je crois. Il peut aussi arriver, entre autres surprises, qu’un auteur ne soit pas du tout réceptif aux questions de fond « à la française ».


En fait, je pense que comme les auteurs japonais, les questions "de fond" ne m'intéressent pas, et je m'en fous un peu (voir totalement) de savoir quelles sont leurs influences :/
Genre, Q Hayashida, je lui aurais demandé qui était son personnage préféré dans Dorohedoro, son parcours je m'en fiche un peu Très content
La conclusion : en fait je ne cherche pas de l'information de fond sur le manga, je ne suis pas une "vraie" spécialiste. Pour ma part, c'est du fun, ce qui m'intéresserait c'est de parler des séries que j'aime avec leurs auteurs. Savoir ce qui a évolué différemment de ce qu'ils avaient imaginé, s'ils savent déjà comment ça va finir, est-ce qu'ils regrettent un choix qu'ils ont fait... ce genre de questions, quoi.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis :   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> L'Actu Manga Les heures sont au format GMT + 2 heures
Se rendre à la page : Précédente  1, 2, 3 ... 18, 19, 20
Page 20 sur 20

 
Aller vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Site francophone - Support utilisation